Agence universitaire de la Francophonie
Université de Franche Comté

Master (M1-M2) Géographie et Aménagement, spécialité Aménagement et Gouvernance en Pays des Suds (MAGPS) : Description de la formation

En partenariat avec l’Agence universitaire de la Francophonie, l’Université de Franche Comté (UFC), lance un appel à candidatures pour sa formation Master 1-2 « Aménagement et Gouvernance en Pays des Suds » .

Le master « Aménagement et Gouvernance en Pays des Suds » proposé en Enseignement à Distance (EAD) s’inscrit dans une triple perspective opérationnelle imposée à la fois par la thématique abordée, et par le public auquel cette filière s’adresse, il s’agit donc de :

- multiplier les exemples de terrain, notamment en terme d’aménagement, de projet de développement, en mobilisant des enseignant et des chercheurs spécialistes de ces questions. En ce sens nous avons déjà identifié une dizaine de partenaires (Djibouti, Laos, Argentine, Pérou, Algérie, Syrie, Togo, Burkina-Faso, République démocratique du Congo) ;

- proposer des outils afin d’aborder la complexité des territoires, et de développer des projets d’aménagement. En ce sens, il ne s’agit pas de promouvoir des techniques lourdes, maîtrisées dans les pays occidentaux, mais d’adapter des outils autour de la question du recueil, de la formalisation de l’information (enquêtes, questionnaires, mise en place de bases de données), mais également de son traitement ;

- permettre l’accès à des connaissances méthodologiques et techniques de haut niveau et mobiliser des étudiants originaires des pays des suds afin de mutualiser pratiques, outils et concepts d’aménagement, dans des contextes où l’information, la décision et l’action ne font pas l’objet de démarches formalisées.

L’Agence universitaire de la Francophonie accordera 5 allocations d’études à distance pour l’année universitaire 2014-2015.

Cette formation débutera en octobre 2014.

L’appel à candidatures 2014-2015 sera clos le 15 juin 2014.

 PUBLIC CIBLE ET OBJECTIFS DE LA FORMATION

1. Public cible

Le master s’adresse aux étudiants titulaire d’un BAC + 3 ou équivalent.

2. Objectifs de la formation

Objectifs scientifiques

L’aménagement du territoire est un terme générique qui recouvre, par les pratiques qui y sont associées, des réalités très différentes. Sur la base des politiques mises en œuvre dans les pays du Nord et notamment en France, des transferts méthodologiques ont lieu vers les Pays des Suds, avec le développement en ligne de mire. Or, les situations, dans ces pays, sont très disparates et recouvrent des réalités géopolitiques très variées et si certains outils peuvent être utilisés sans problèmes, d’autres se heurtent aux réalités locales, fondées notamment sur la complexité des jeux d’acteurs hors des cadres institutionnels classiques et sur le manque de ressources informationnelles nécessaires à la prise de décision.

L’originalité du master proposé est de relier pleinement méthodes, thématiques et conduite de projet, sur un cycle complet, cohérent de deux années. En outre, l’appui du laboratoire ThéMA, permet de disposer d’un socle méthodologique solide et éprouvé ainsi que d’un solide réseau de partenaires (IRD, AUF, Universités, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) tant dans la recherche que dans les applications territoriales.
L’enjeu est aussi de préparer des étudiants à un monde professionnel changeant et fortement investi par la dimension internationale, où l’adaptabilité est un atout majeur.

Objectifs professionnels

Le master offre une double entrée thématique et méthodologique fondée sur l’aménagement des territoires ainsi que la problématique de la gestion durable des ressources en Pays des Suds abordés de manière systémique.
En mettant en perspective les jeux d’acteurs et l’espace géographique organisé qui découle des actions d’utilisation, d’aménagement et de gestion, il s’agit de se doter des moyens de poser des diagnostics opérationnels et de conduire la mise en place de projets complexes.
L’approche globale, organisationnelle et spatio-temporelle qui est enseignée, s’appuie sur l’ensemble des outils traditionnellement utilisés en géographie, et utilisés par les structures qui interviennent en situation de faible gouvernance ou par rapport à des systèmes dont les structures reposent en grande partie sur la société civile.


Il ouvre à trois familles de métiers :

  • Les métiers liés à la conduite de projets de développement
  • Les métiers de l’aménagement
  • Les métiers de la recherche

Les pistes de recherche potentielles au-delà de ce Master constituent de réels enjeux, qu’ils soient thématiques ou plus techniques, comme le démontre les sujets potentiels suivants :

    • Approche de la gouvernance dans les pays des Suds ;
    • Gestion des ressources et durabilité ;
    • Durabilité urbaine et croissance urbaine ;
    • Analyse comparée des projets de développement local ;
    • ONG et développement dans les pays des Suds ;
    • Mise en place d’observatoires de développement local ;
    • Utilisation d’imagerie satellitaire dans le suivi des dynamiques agricoles, etc …

 DISPOSITIF DE FORMATION

1. Structure de la formation et organisation pédagogique

Le master AGPS est organisé sous la forme d’un tronc commun permettant l’acquisition de connaissances fondamentales relatives aux Pays des Suds, à l’intelligence territoriale et à de multiples projets de développement. Les étudiants sont placés en conditions de métiers au travers d’un projet tuteuré et d’un stage effectués en M2, avec une orientation sur la vie professionnelle ou l’immersion dans le monde de la recherche.

2. Objectifs scientifiques et professionnels de la spécialité.

Objectifs scientifiques :
L’aménagement du territoire est un terme générique qui recouvre, par les pratiques qui y sont associées, des réalités très différentes. Sur la base des politiques mises en œuvre dans les pays du Nord et notamment en France, des transferts méthodologiques ont lieu vers les Pays des Suds, avec le développement en ligne de mire. Or, les situations, dans ces pays, sont très disparates et recouvrent des réalités géopolitiques très variées et si certains outils peuvent être utilisés sans problèmes, d’autres se heurtent aux réalités locales, fondées notamment sur la complexité des jeux d’acteurs hors des cadres institutionnels classiques et sur le manque de ressources informationnelles nécessaires à la prise de décision.
L’originalité du master proposé est de relier pleinement méthodes, thématiques et conduite de projet, sur un cycle complet, cohérent de deux années. En outre, l’appui du laboratoire ThéMA, permet de disposer d’un socle méthodologique solide et éprouvé ainsi que d’un solide réseau de partenaires (IRD, AUF, Universités, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) tant dans la recherche que dans les applications territoriales. L’enjeu est aussi de préparer des étudiants à un monde professionnel changeant et fortement investi par la dimension internationale, où l’adaptabilité est un atout majeur.

3. Modalités de contrôle des connaissances

Les modalités de contrôle des connaissances sont en grande partie similaires aux modalités en vigueur pour les masters en présentiel, à l’exception du fait que le master AGPS propose une session de rattrapage en septembre, cette particularité induisant de fait quelques différences.

Ainsi, pour l’ensemble des deux années et selon les textes fournis par l’UFR-SLHS :

- Les unités sont obtenues avec la note de 10 (définitivement et capitalisées). Elles peuvent également être obtenues par compensation dans le cadre des moyennes semestrielles ou annuelles.

- Pour chaque semestre, une moyenne coefficientée est calculée (les coefficients sont précisés dans le tableau récapitulant l’ensemble des épreuves ; la moyenne générale de l’année est la moyenne arithmétique des deux moyennes semestrielles. Celles-ci ne peuvent –être calculées que si l’étudiant a composé dans toutes les unités. Celles auxquelles il ne s’est pas présenté portent la mention ABI (Absence Injustifiée). Une seule absence bloque le calcul de la moyenne et rend l’étudiant défaillant (DEF). Cependant, à la différence des Masters en présentiel, les moyennes semestrielles et annuelles ne sont produites qu’en fin de première session (c’est-à-dire en juin) ainsi qu’au terme de la deuxième session d’examens pour les étudiants ayant des unités à repasser. Un relevé de notes provisoire, sans délibération de jury, est produit après la première partie de la première session d’examens (en février).

Il existe un double système de compensation : Au niveau du semestre et au niveau de l’année. Les unités dont la note est inférieure à la moyenne peuvent être compensées soit par la moyenne semestrielle, soit par la moyenne annuelle :

  • Si la moyenne d’un semestre est égale ou supérieure à 10, le semestre est validé (les unités dont les résultats sont inférieurs à 10 sont obtenues par compensation) ;
  • Si la moyenne d’une année est supérieure ou égale à 10, l’année est validée (les unités – et éventuellement le semestre – dont les résultats sont inférieurs à 10, sont obtenus par compensation) ;
  • Si la moyenne générale est inférieure à 10/20, l’étudiant doit repasser les unités auxquelles il a obtenu une note inférieure à 10 et qui ne sont pas compensées par une moyenne semestrielle.

Dans le cas d’un redoublement, les notes supérieures ou égales à 10 sont conservées. Par contre les notes inférieures à 10 qui n’ont pas été compensées ne se conservent pas, ni d’une session à l’autre, ni en cas de redoublement, d’une année à l’autre.

4. Compétences et savoirs enseignés

  • Enjeux et perspectives des TIC en Pays des Suds,
  • Acquisition et traitement de l’information géographique,
  • Méthodes de diagnostic territorial, sur la base d’exemples en pays des Suds,
  • Connaissance des concepts de territoire, d’intelligence territoriale et de gouvernance,
  • Connaissances relatives aux pays des Suds et aux théories du développement,
  • Développement urbain et rural dans les pays des Suds

 Renseignements complémentaires

Vous pouvez également vous rendre sur le site de l’université :
http://formations.univ-fcomte.fr/ws...